• Affrontements à la frontière israélo-libanaise

    ISRAEL-LIBAN
                 Affrontements à la frontière israélo-libanaise

    Le calme semblait être revenu hier soir à la frontière israélo-libanaise après une journée d'intenses échanges de tirs. La tension était montée d'un cran, , après l'attentat qui a visé vendredi à Saïda, un haut responsable du Jihad islamique. Cet attentat a été attribué par l'organisation à Israël et, dimanche matin, une salve de roquettes Katioucha a été tirée vers un centre de contrôle de l'armée de l'air israélienne, faisant un blessé léger parmi les soldats. L'aviation israélienne a riposté en bombardant deux bases de l'organisation d'Ahmed Jibril, dans la Bekaa et au sud de Beyrouth, tuant au moins un membre de l'organisation. Dans l'après-midi, le Hezbollah a tiré un grand nombre de Katiouchas et d'obus de mortier sur le nord d'Israël. Un soldat israélien a été blessé par un tireur d'élite libanais. La réaction israélienne a été forte : plus d'une vingtaine de positions du Hezbollah ont été bombardées et deux camions transportant des roquettes détruits. Selon le Hezbollah, ces attaques ont fait un mort, mais l'armée israélienne estime que le nombre de victimes dans les rangs de l'organisation est plus élevé.

    Les commentateurs dans la presse israélienne estiment que, comme lors des embrasements précédents qu'a connu la frontière nord d'Israël, le calme devrait à présent revenir. Les journaux notent toutefois l'ampleur particulièrement importante de la riposte israélienne. Il est difficile de se défaire de la sensation, , qu'Israël attendait cette occasion pour porter un coup aux installations mises en place par le Hezbollah tout près de la frontière. Il semble que l'armée israélienne a appliqué hier un plan prévu depuis plusieurs mois.

    Le Hezbollah, , aura besoin de temps pour rebâtir ses infrastructures avant d'attaquer à nouveau. « C'est ce que désirait Israël », note le correspondant militaire du quotidien Haaretz.

    Les spécialistes militaires israéliens s'inquiètent cependant du tir très précis du Hezbollah. En effet, une salve de cinq roquettes a touché un centre de contrôle de l'armée de l'air, un site sensible. Pour le Yédiot Aharonot, cette « professionnalisation » du Hezbollah pourrait bien être la fruit du rapprochement entre l'Iran, la Syrie et le Hezbollah. Téhéran chercherait par là à mettre en garde Israël contre l'attaque éventuelle d'infrastructures iraniennes.