• Comment le terrorisme peut-il être stoppé ?

    Comment le terrorisme peut-il être stoppé ?

    Une paix véritable et durable ne peut être obtenue que par un règlement négocié. Mais, pour que les négociations aient des chances d'aboutir, le terrorisme palestinien doit prendre fin.

    Au cours des trois années écoulées, Israël a été soumis à une vague de terrorisme qui a causé la mort de plus de 900 personnes et en a blessé plusieurs milliers. Les citoyens israéliens vivent dans la peur quotidienne d'être assassinés dans des attentats-suicides, par des voitures piégées et des terroristes armés. Des lieux saints juifs ont été profanés et détruits, et des fidèles juifs ont péri dans des explosions.

    Le gouvernement d'Israël a le devoir de protéger la vie de ses citoyens. Il n'en demeure pas moins que la lutte contre le terrorisme pose un sérieux dilemme au pays. En tant qu'Etat démocratique, Israël doit s'attacher à trouver l'équilibre voulu entre les impératifs de sa sécurité et sa volonté de maintenir les valeurs démocratiques et les libertés qui lui sont chères. Il n'est jamais aisé pour une démocratie en guerre de parvenir à un tel équilibre. Pour Israël, la tâche est d'autant plus difficile que les terroristes palestiniens auxquels il est confronté ne respectent ni la vie humaine, ni le droit. Ils ne visent pas seulement des citoyens israéliens ; ils s'abritent également derrière la population civile palestinienne, assurés que toute victime palestinienne sera imputée à Israël, quelle que soit la partie responsable.

    Afin de combattre efficacement le terrorisme tout en limitant au minimum les atteintes à la population palestinienne, Israël emploie diverses méthodes défensives. Les mesures de sécurité passive, qui comprennent les barrages routiers et le couvre-feu, ainsi que la clôture de sécurité, visent à limiter la liberté de mouvement des terroristes. Malheureusement, la vie quotidienne de nombreux Palestiniens est également affectée par ces mesures. Cependant, pour regrettables qu'ils soient, les désagréments suscités par la clôture de sécurité ou les barrages routiers ne peuvent être comparés aux dommages irréversibles causés à des vies innocentes par le terrorisme.

    Lorsque ces mesures passives ne suffisent pas, des mesures de sécurité actives sont prises contre les terroristes. Même dans ce cas, Israël s'efforce de causer le moins de torts possible aux passants. Israël a constamment tenté de limiter l'usage de la force militaire. Par exemple, il a attendu 18 mois avant de lancer des opérations militaires d'envergure contre le terrorisme. Ce n'est qu'après des attentats-suicides quasi quotidiens en mars 2002, culminant avec le massacre du soir de la Pâque, qu'Israël n'a plus eu le choix.

    Il n'est jamais aisé pour un pays démocratique de combattre le terrorisme. Cette mission est rendue encore plus difficile lorsque l'Etat est soumis à une pression internationale exercée pour qu'il se conforme à des normes impossibles. Presque chaque mesure défensive adoptée par Israël - qu'il s'agisse de mesures de sécurité passives, de démarches juridiques ou d'une action militaire indispensable - a fait l'objet de critiques internationales. Israël continuera à préserver ses valeurs démocratiques ; il doit cependant aussi protéger la vie de sa population civile.

    Une critique abusive et partiale d'Israël ne fait qu'encourager le terrorisme palestinien. Bien qu'ils en aient pris l'engagement, les Palestiniens doivent encore abandonner leur lutte armée. Les chances de parvenir à la paix seraient accrues si la communauté internationale approuvait le droit d'Israël à l'autodéfense tout en faisant clairement comprendre aux dirigeants palestiniens l'inanité du terrorisme. Une pression internationale doit être exercée sur les Etats qui financent et soutiennent le terrorisme palestinien, et les fonds aux organisations terroristes doivent être coupés. Ce n'est que lorsque les Palestiniens finiront par renoncer au terrorisme et s'engageront véritablement à résoudre les différends politiques par la négociation que la paix sera possible.