• France: Visite d'Olmert.

                                                    France: Visite d'Olmert.


    La visite en France du Premier ministre israélien Ehoud Olmert alimente les commentaires de la presse. Le quotidien à grand tirage Yediot Aharonot établit un parallèle entre la visite d'Ariel Sharon en juillet dernier et celle de l'actuel chef du gouvernement en dépeignant une fin de mandat morose du président Chirac.
    Le journal se demande ce que peut attendre Ehoud Olmert de son déplacement en France en cette période aussi trouble ? « Pas grand chose », reconnaissent des responsables politiques israéliens cités par le journal. « Le dossier iranien est essentiellement géré par Washington et la France a déjà fait savoir qu'elle aurait du mal à soutenir le plan de regroupement israélien. Il ne reste plus qu'à se féliciter de l'amélioration radicale des relations entre les deux pays mais ceci est déjà une vielle nouvelle. » « De manière non-officielle, Jérusalem exprime même une certaine inquiétude face à la faiblesse de la France. La situation intérieure de la France rayonne sur son statut international. Ils sont occupés à régler leurs problèmes internes et si cela se poursuit, il nous sera difficile de demander l'aide de la France sur des dossiers liés à l'agenda international », affirme-t-on en Israël. Qui eut cru qu'Israël déplorerait un jour la faiblesse d'une France repliée sur elle-même ?, conclut le Yediot.

    Pour l'analyste du quotidien de tendance gauche libérale Haaretz, « les derniers jours de la vie politique de Jacques Chirac rappellent le déclin déchirant de Ménahem Begin, qui a précipité son départ de la tête de l'Etat. Tous s'entendent pour dire que 2006 a été une année particulièrement cruelle depuis son élection en 1995, même s'il a connu plusieurs acquis. » , note le quotidien « Le plus important de tous est le discours prononcé en juillet 1995, lorsqu'il a évoqué le rôle joué par la France lors de l'occupation nazie. C'était alors la première fois depuis la Deuxième guerre mondiale qu'un chef d'Etat reconnaissait la responsabilité de son pays dans la collaboration et la déportation de dizaines de milliers de juifs français dans les camps de la mort. Jacques Chirac s'est également battu pour défendre la laïcité face aux vagues de religions qui la menaçaient. Le Président a aussi fait son possible pour tenir bon face à l'impérialisme américain de George Bush, mais sans grand succès. Dans une grande partie, Chirac symbolise la France actuelle : morosité et mélancolie face à un sentiment de grandeur qui refuse de se dissiper, souvenir de ces temps anciens où la France éclairait de sa splendeur le reste du monde.
     
    Source: Ambassade de France en Israël