• Interview d'Ehoud Olmert en juin 2005, il s'exprime sur l'idée des desengagements

    Ehoud Olmert



    M. Olmert, comment va se passer le désengagement de Gaza ?

    «Le désengagement se déroulera comme prévu, et d'ici à la fin du mois de septembre, il sera terminé. Il y aura des manifestations, mais nous sommes une démocratie et on ne peut pas empêcher ces gens de manifester. Le fait qu'il y ait des manifestations ne fait que refléter les divisions qui existent en Israël. C'est une concession très sérieuse et dramatique qu'Israël se prépare à faire.»

    Comment se porte aujourd'hui l'économie israélienne ?

    «Fondamentalement, l'économie  israélienne va très bien ! Nous avons un volume d'échange avec la Chine qui se monte à plus de trois milliards de dollars, nous avons un volume d'échange avec l'Inde de 2 milliards et demi de dollars, nous avons un volume d'échange avec les pays de l'Union européenne d'approximativement 25 milliards de dollars. Nous avons une économie forte.

    Nous avons été en récession pendant les cinq dernières années, particulièrement pendant les années 2000 à 2003, mais depuis 2004, nous sommes lentement sortis de cette récession. L'année dernière, nous avons eu une croissance de plus ou moins 3,8 %; on s'attend également à ce que le chômage descende. Comme la situation politique est en train de changer et que l'atmosphère devient plus détendue, il y a moins d'obstacles pour construire des relations d'échanges entre Israël et les autres pays.

    [...] Le plus grand nombre de compagnies cotées au Nasdaq, hormis les compagnies américaines, sont israéliennes. Il y a 500 compagnies israéliennes qui travaillent dans la bio-technologie; dans toute l'Europe, il n'y en a que 1800.»

    Vous êtes très souvent condamnés par les Nations Unies; ne craignez-vous pas que ces condamnations aient un impact sur vos relations d'échanges avec les autres pays ?

    «Je suis navré que la démocratie israélienne ne parvienne pas au niveau des démocraties en Arabie saoudite et dans beaucoup d'autres pays arabes, en Asie et dans d'autres parties du monde. Et quand vous parlez des Nations Unies, vous parlez de ces mêmes pays, qui représentent la majorité aux Nations Unies, et qui sont connus pour être très objectifs et très démocratiques !»

    Interview réalisée le 3 juin 2005