• La commission royale de Lord Peel - Le Livre Blanc de Mac Donald

    La commission royale de Lord Peel
    Le Livre Blanc de Mac Donald

    En Palestine, la population juive se développe notablement dans les années 1930. De nombreux villages sont créés. Une grande activité économique et culturelle améliore les conditions de vie.
    Durant ces mêmes années, le nationalisme arabe s'y renforce ainsi que dans d'autres pays de la région. En avril 1936, des actions violentes sont déclenchées contre la population juive de Palestine et une grève générale est décrétée par les dirigeants arabes palestiniens. Cette grève, largement suivie, dure jusqu'en octobre 1936. La situation est telle que le gouvernement britannique est obligé d'envoyer des renforts pour mater la révolte.

    Dès août 1936, Londres nomme une nouvelle commission d'enquête présidée par Lord Peel. La commission a un « cahier des charges » très large. Elle doit enquêter sur l'origine des événements en Palestine, sur la façon dont sont appliqués les termes du mandat de la Société des Nations. La commission doit également étudier les obligations que confère le mandat envers les populations juives et arabes et dire si la critique de ces populations envers le gouvernement britannique est justifiée. Si c'est le cas, elle doit faire des recommandations pour répondre à ces critiques.

    La commission publie son rapport le 7 juillet 1937.

    Elle rappelle que le but essentiel du mandat est d'aider l'établissement du foyer national juif en Palestine, que ce foyer n'est plus une expérience mais une réalité, que l'amélioration de la situation économique est aussi évidente que la détérioration de la situation politique. Elle souligne que les événements de 1936 ont pour origine le désir des Arabes d'accéder à une indépendance nationale et la crainte que leur inspire l'établissement de ce foyer national juif.
    La solution au problème palestinien doit être drastique et chirurgicale : un partage de la Palestine en deux états, un état juif et un état arabe, tandis que Jérusalem et Bethléem resteront sous mandat britannique.

    Le Livre blanc publié avec le plan Peel adopte les recommandations de la commission et accepte, en principe, l'idée du partage de la Palestine. En attendant, le gouvernement britannique décrète l'interdiction de tout transfert de terres dans les territoires destinés à être inclus dans un état arabe palestinien et limite l'immigration juive à 8000 personnes de août 1937 à mars 1938.

    Après un âpre débat interne, les dirigeants juifs acceptent l'idée d'un nouveau partage de la Palestine, mais les Arabes la rejettent.

    Une nouvelle commission, la commission Woodhead est alors chargée d'étudier les détails du plan de partage recommandé par la commission Peel. Le rapport de la commission Woodhead est publié en 1938 et un nouveau Livre blanc est publié en novembre de la même année. Il stipule que le plan de partage est irréalisable et que, dans ces conditions, le gouvernement fera un effort pour promouvoir une meilleure compréhension entre Juifs et Arabes.
    A cette fin, une réunion est convoquée à Londres entre les représentants des Arabes palestiniens, des pays arabes et de la population juive de Palestine. Ainsi les pays arabes sont reconnus comme faisant partie du conflit palestinien.

    La Conférence de Londres, connue sous le nom de St James, se scinde en réalité en deux conférences puisque les représentants arabes refusent de s'asseoir à la même table que les représentants juifs. Aucun accord n'est conclu lors de cette conférence.
    Le 17 mai 1939, le ministre britannique des Colonies, Malcolm Mc Donald, publie un nouveau Livre blanc après avoir conclu que le plan de partage de la commission Peel est irréalisable et que la conférence de Londres s'est soldée par un échec.
    Ce Livre blanc propose un plan britannique unilatéral tenant largement compte des revendications arabes.

    Le gouvernement déclare qu'il n'a pas l'intention de créer un état juif et que son projet est de créer un état palestinien dans dix ans. L'immigration juive sera limitée à 75.000 personnes pour les cinq ans à venir, de sorte qu'à la création de l'état palestinien, la population juive ne dépassera pas un tiers de la population totale. Tout transfert de terres arabes aux juifs sera complètement interdit dans certaines zones et limité dans d'autres zones.

    Le Livre blanc de Mac Donald est perçu par les Juifs comme la négation définitive des obligations de la Grande Bretagne à la création d'un foyer national juif.