• Le faucon garde toujours un oeil sur son nid.

    Le faucon garde toujours un oeil sur son nid.
     
     

    Vendredi dernier, nous étions à table de chabbat (Fête religieuse hebdomadaire dans le calendrier juif) avec deux invitées. Deux touristes israéliennes.

    Lors de nos discutions qui étaient en anglais, nous avons abordés un sujet délicat: La politique du désengagement unilatéral entrepris par le premier ministre israélien, Ehoud OLMERT.

    L'une des invités me disait sans cesse "Politic of Sharon is finish! Sharon is finish!".

    Sur le coup, je ne répondis pas. En revanche, je me suis posé subitement posé la question suivante:

    "Si Arik (Nom de guerre donné à Ariel Sharon) était encore avec nous, quelle aurait été sa politique ?".

    Réfléchissez y. Au fond, la politique et la logique de Sharon ne consistent qu'à une seule chose, et je vais tenter de l'expliquer en quelques phrases.

    Arik a participé a toutes les batailles depuis la création d'Israël. Il a une grande expérience, ce qui lui a permit d'acquérir un pragmatisme et une perspicacité sans égales. On peut supposer qu'il s'est dis la chose suivante:

    Si la cohabitation et les négociations ne fonctionnent pas avec le peuple palestinien, c'est la séparation et l'unilatéralisme qui prédominent.

    Il commença par l'édification d'une clôture de sécurité, "Mur" si vous préférez l'appelez ainsi, mais quoi que soit le nom que l'on donne à cette barrière, elle a baissé de 70% les attaques terroristes de grandes ampleurs (Bombes humaines par exemple).

    Ensuite, il décida le désengagement de Gaza. Décision contestée par une branche de la société israélienne qui a sut se faire entendre avec la "mode orange".

    Puis, avant que l'ex premier ministre d'Israël n’ait son attaque, il déclara que le tour de la Cisjordanie viendra à son tour.

     

    Et nous revenons dorénavant à la situation géopolitique d'aujourd'hui. Olmert pris la tête du nouveau parti politique appelé Kadima, crée quelques mois avant par Ariel Sharon. Les israéliens ne votèrent non pas pour Olmert, mais pour le représentant de la politique de Sharon.

    En réalité, oui Sharon est sur un lit dans une chambre d'hôpital, mais il n'est absent que physiquement. La main d'Olmert qui va entreprendre le désengagement de gaza n'est pas guidée par ce dernier. Non, cette main est guidée par Sharon et sa politique passée.

     

    Sharon est dans le coma, entre la vie et la mort, certes. Mais je pense sincèrement qu'après ces explications, ce dernier est plus proche de nous, même si il ne l'est pas physiquement, que de l'Eternel. L'Eternel doit sans doute attendre que Sharon finisse ce qu'il a commencé pour enfin laisser un sommeil éternel à l'un des hommes qui a sut défendre et se soucier, non pas seulement de l'avenir d'Israël, mais de tout le peuple juif à travers le monde.

     
     
    Par Golan Cohen

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :