• Qu'est-ce que la clôture de sécurité ?

    Qu'est-ce que la clôture de sécurité ?

    La clôture de sécurité actuellement en construction entre les Palestiniens de Cisjordanie et les centres de population israéliens est une mesure défensive. Elle est destinée à empêcher les terroristes de perpétrer des attentats en Israël. La clôture n'annexe aucun territoire à Israël et ne détermine aucune frontière. Son tracé a été choisi en fonction de considérations sécuritaires et topographiques, et tout a été fait pour réduire au maximum les perturbations de la vie quotidienne de la population palestinienne locale.

      

    Depuis septembre 2000, la quasi-totalité des attentats terroristes palestiniens qui ont coûté la vie à plus de 900 Israéliens ont été fomentés en Cisjordanie. Les centres palestiniens du terrorisme sont souvent situés à courte distance des centres de population israéliens. Israël a cherché le moyen d'éviter l'infiltration des terroristes et de leurs armes dans ses localités. La décision de dresser cette clôture de sécurité n'a été prise qu'après la recherche d'autres options, sans que l'on puisse stopper les attentats terroristes meurtriers.

    La clôture de sécurité est une mesure défensive qui a pour objectif unique de dresser un obstacle matériel sur le chemin des terroristes et empêcher leur infiltration en Israël. Une clôture similaire existe déjà à Gaza - construite en vertu de l'accord Gaza-Jéricho signé en 1994 par Israël et l'OLP - et son efficacité à prévenir des attentats terroristes est avérée.

    L'établissement de cette clôture de sécurité est conforme au droit international. En outre, l'initiative de paix de la  feuille de route  ne limite pas le déploiement de mesures défensives telles que la clôture de sécurité. En fait, étant donné que le terrorisme est le plus grand obstacle à la paix, en empêchant les attentats terroristes, la clôture de sécurité contribuera à la paix.

    La clôture de sécurité forme une bande d'environ la largeur d'une route à quatre voies. En son milieu, une clôture à maillons est équipée d'un système de détection contre les intrusions. Ce système à la pointe du progrès est destiné à donner l'alerte en cas d'infiltration, à l'instar du chemin de terre de  repérage  et d'autres moyens d'observation. En dépit des nombreuses photos parues dans les médias internationaux montrant un grand mur de béton, la majeure partie de la clôture de sécurité (environ 95%) est constituée par un réseau de barbelés.

    Outre les efforts qu'il investit pour assurer la sécurité de ses citoyens, Israël attache une grande importance aux intérêts des habitants palestiniens. Il reconnaît la nécessité de trouver un équilibre adéquat entre l'impératif de prévention du terrorisme et les exigences humanitaires des habitants de la région.

    Il est significatif que la clôture de sécurité ne vise pas à marquer la moindre frontière - question à débattre entre les parties. Il faut également souligner que la zone de la clôture de sécurité n'annexe aucune terre à l'Etat d'Israël. Aucune préférence particulière n'a été accordée à l'utilisation du terrain en Cisjordanie même et, en fait, certains tronçons de la clôture sont construits à l'intérieur des lignes israéliennes d'avant 1967. La clôture ne modifie ni le statut des terres palestiniennes, ni les titres de propriété ni le statut des habitants. Un petit nombre de villages palestiniens seulement seront inclus du côté ouest de la clôture de sécurité. Leurs habitants n'auront pas à s'installer ailleurs et leur statut juridique demeurera inchangé.

    Israël utilise prioritairement des terres domaniales pour construire la clôture de sécurité afin d'éviter, autant que possible, la réquisition de terrains privés. Lorsque cette solution est impossible, les terrains privés sont réquisitionnés, sans être confisqués et les propriétaires reçoivent une indemnité pleine et entière conformément à la loi. Des procédures juridiques sont déjà en place pour permettre à chaque propriétaire de déposer un recours contre l'utilisation de sa terre.

    En ce qui concerne l'agriculture, la clôture de sécurité a été située, le plus souvent possible, sur des terres en friche, et tout a été entrepris pour éviter de séparer des propriétaires de leur bien. Lorsque la séparation est inévitable, des barrières spéciales ont été construites permettant aux agriculteurs d'accéder à leurs champs. D'autres mesures ont également été prises, par exemple le replantage des arbres affectés par la construction.

    L'affirmation palestinienne selon laquelle la clôture de sécurité a été délibérément conçue pour restreindre leurs droits est dénuée de fondement. Israël a fait tout ce qui était en son pouvoir pour que la clôture de sécurité provoque le moins de perturbations possible dans la vie quotidienne, compte tenu de la situation sécuritaire.

    En outre, cet argument constitue une tentative de reprocher à Israël, la victime du terrorisme, de prendre une mesure purement défensive tout en ignorant la grave menace que fait peser le terrorisme palestinien provenant de Cisjordanie. Il n'y aurait nul besoin d'une clôture de sécurité si une campagne de terrorisme orchestrée ne prenait pour cible les Israéliens, hommes, femmes et enfants.

    L'établissement d'une clôture de sécurité est inspiré uniquement par la volonté d'Israël de protéger des vies innocentes.