• Qu'était la houdna ?

    Qu'était la  houdna  ?

    Le 29 juin 2003, après des négociations avec l'Autorité palestinienne, les organisations terroristes palestiniennes ont proclamé une houdna, terme qui a été interprété à l'étranger comme un cessez-le-feu. Or, une houdna est une trêve temporaire des combats destinée à gagner du temps à se regrouper et à se réarmer. Environ deux mois plus tard, après une série d'attentats terroristes, les organisations terroristes palestiniennes ont déclaré que la houdna avait pris fin.

    D'après la première phase de la  feuille de route , l'Autorité palestinienne doit mettre fin au terrorisme en démantelant l'infrastructure terroriste, en confisquant les armes illégales et en arrêtant ceux qui sont impliqués dans la planification et la perpétration des attentats terroristes. La houdna, cependant, était un accord interne palestinien que l'Autorité palestinienne exploita pour se dérober à ses obligations de combattre le terrorisme en application de la  feuille de route . La houdna a été utilisée par les organisations terroristes elles-mêmes, notamment le Hamas et le Djihad islamique, comme un stratagème tactique leur permettant de gagner du temps pour reprendre des forces lors de la prochaine série d'attentats. La houdna a servi aux organisations terroristes palestiniennes de couverture pour planifier de nouveaux attentats, creuser des tunnels pour acheminer clandestinement des armes, augmenter la portée des roquettes Kassem, se regrouper et entraîner leurs forces.

    Interprété à l'étranger comme un cessez-le-feu, le terme houdna était considéré par les groupes terroristes et leurs partisans dans le monde arabe comme une simple trêve tactique dans le droit fil de l'histoire islamique. En l'an 628, considérant que ses forces étaient trop faibles pour venir à bout des tribus rivales Qoraysh, le prophète Mahomet conclut avec elles une trêve de dix ans (houdna) connue sous le nom de pacte d'Hudaybiya. Moins de deux ans plus tard, s'étant renforcées, les armées musulmanes attaquèrent les tribus Qoraysh et remportèrent la victoire, permettant ainsi à Mahomet de conquérir La Mecque. Depuis cette époque, les musulmans donnent au terme houdna le sens de trêve tactique destinée à permettre un rétablissement favorable de l'équilibre des forces. Lorsque ce rétablissement est acquis, la trêve peut être rompue. L'adoption par les groupes terroristes palestiniens du terme houdna, ne fut donc pas fortuit.

     

    Le Hamas et le Djihad islamique avaient déclaré que leur houdna durerait trois mois, alors que le Fatah annonçait une houdna de six mois. Ils n'ont cependant pas attendu l'expiration de ces délais pour reprendre le terrorisme. Après la proclamation de la houdna, fin juin, et avant l'attentat-suicide de la mi-août contre un autobus de Jérusalem, 6 Israéliens et un ressortissant étranger avaient été assassinés dans des attentats terroristes et 28 avaient été blessés : 180 attentats terroristes ont été perpétrés, notamment 120 tirs ; 40 attentats terroristes ont été déjoués par Israël. L'explosion de l'autobus de Jérusalem, le 19 août, a causé la mort de 23 personnes, dont 7 enfants, et en a blessé 133 autres, dont 40 enfants. Il était évident que les organisations terroristes n'avaient jamais eu l'intention d'appliquer un véritable cessez-le-feu, et encore moins de mettre fin au terrorisme.

    Israël a, en conséquence, déclaré qu'il n'accepterait pas une nouvelle houdna. Ce n'est qu'en respectant les exigences de la  feuille de route , à savoir, le démantèlement de l'infrastructure et des organisations terroristes, ainsi qu'en cessant l'incitation à la violence que les Palestiniens rempliront leurs engagements.