• Quel doit être le rôle du monde arabe ?

    Quel doit être le rôle du monde arabe ?

    Israël désire la paix avec tous les pays arabes. En outre, les Etats arabes ont la capacité d'apporter une contribution importante et décisive au processus de paix, ainsi que de promouvoir le progrès de la région. Mais, pour que cela se produise, ils doivent cesser de soutenir les activités terroristes. Ils doivent mettre fin à l'incitation et à la propagande antisémite contre Israël qui ne fait que perpétuer la haine et fournit un terrain propice au terrorisme. La politique d'affrontement du monde arabe contre Israël doit céder la place à une politique du dialogue.

    Les organisations palestiniennes et autres organisations terroristes du Moyen-Orient reçoivent le soutien, notamment des fonds et des armes, de divers pays arabes. Certains Etats arabes, dont la Syrie et l'Iran, soutiennent les organisations terroristes les plus violentes et les plus dangereuses comme le Hezbollah. La Syrie abrite le QG et les bases d'entraînement de plusieurs organisations terroristes palestiniennes, entre autres, le Hamas et le Djihad islamique. Ce soutien doit cesser pour que le terrorisme prenne fin. Alors seulement, les efforts de paix auront des chances d'aboutir.

    Ces dernières années, les formes d'incitation anti-israéliennes les plus extrêmes se sont développées dans les pays arabes, rappelant des époques antérieures du conflit arabo-israélien. La propagande antisémite prolifère dans les mosquées et les écoles, dans les médias gouvernementaux et dans les universités. Ce matériel raciste, semblable à celui qui circulait jadis contre le peuple juif - par exemple les accusations de crime rituel et les prétendus  Protocoles des Sages de Sion  - engendre la haine et prépare un terrain propice au terrorisme.


     
    ©Bureau de presse du gouvernement d'Israël
    Les dirigeants de l'Egypte, des Etats-Unis et d'Israël se serrent la main lors de la signature du traité de paix entre Israël et l'Egypte
    (26 mars 1979)

    Certes, on ne peut imaginer que les Etats arabes se mettront d'accord avec Israël sur les questions controversées, mais ils doivent accepter que la solution de ces questions implique des compromis des deux côtés. On ne peut attendre d'Israël qu'il se plie à des ultimatums ou à des propositions du type  c'est à prendre ou à laisser  comme les décisions prises au Sommet de la Ligue arabe à Beyrouth en mars 2002, se fondant sur une initiative saoudienne. Ces décisions précisaient en effet que la paix ne pourrait être conclue que si Israël donnait suite à toutes les exigences et conditions posées par les Arabes ; les droits et les intérêts d'Israël étaient totalement ignorés, tout comme la nécessité d'entamer des négociations et de procéder à des compromis pour résoudre toutes les questions en litige.

    Il faut mettre fin au mauvais usage des forums internationaux, par exemple les Nations unies, comme le font les pays arabes année après année en exerçant des pressions pour l'adoption de résolutions anti-israéliennes partiales et stériles, au lieu de rechercher une façon originale et constructive de résoudre les différends.

    Israël estime que la voie menant à la paix requiert l'utilisation de toutes les instances de dialogue appropriées et la mise en oeuvre d'une coopération régionale. Le processus de Barcelone (qui envisage une coopération européo-méditerranéenne) et les négociations multilatérales




    ©Bureau de presse du gouvernement d'Israël 
    Officiers supérieurs de Tsahal et de l'armée jordanienne se serrent la main lors de la cérémonie de signature du traité de paix israélo-jordanien
    (26 octobre 1994)
    sur des sujets comme l'eau, les réfugiés, le contrôle des armes, l'environnement et la croissance économique doivent être revivifiés. Il sera ainsi possible d'aborder les questions qui affectent tous les habitants de la région. Ce qui permettra de créer une atmosphère favorable aux tentatives de résoudre les questions politiques ardues du processus de paix.

    En faisant la paix avec Israël, le président égyptien Anouar Sadate et le roi Hussein de Jordanie ont donné la preuve qu'ils étaient de véritables dirigeants. Des pays comme l'Egypte, la Jordanie et le Maroc (qui a lui aussi joué un rôle majeur pour promouvoir la paix) peuvent apporter une importante contribution en montrant au reste du monde arabe la voie des relations pacifiques et de la coopération avec Israël.