• Shimon peres

    Homme politique israélien né en Pologne en 1923, il s'appelle alors Persky et émigre en Palestine avec sa famille en 1934.

    Très vite, il s'engage dans divers mouvements sionistes socialistes et devient un dirigeant de la Haganah (principal groupe armé juif à l'époque en Palestine) en 1947. Il supervise la militarisation de l'Etat d'Israël <INDEX080.HTM>à sa création.

    Elu pour la première fois à la Knesset en 1959 sur la liste Mapaï (la principale composante du Parti Travailliste créé en 1968), il a été constamment réélu depuis.

    Il entre au gouvernement pour la première fois en 1960 comme vice-ministre de la Défense (jusqu'en 1965). Il est ensuite ministre sans portefeuille en 1969, puis successivement ministre de l'Immigration, des Transport et des Communications jusqu'en 1974 quand il devient brièvement ministre de l'Information.

    Il devient ministre de la Défense de 1974 à 1977. Il succède alors à Yitzhak Rabin comme Premier Ministre faisant fonction et est désigné à la tête du Parti Travailliste. Son parti ayant perdu les élections de 1977 au profit du Likoud il devient le chef de l'opposition jusqu'en 1984.

    Il forme alors, avec le Likoud, un gouvernement de coalition dont il est le Premier ministre de 1984 à 1986, poste qu'il cède comme prévu à Yitzhak Shamir Il devient alors Vice-Premier ministre et ministre des Affaires Etrangères de 1986 à 1988.

    Il tente à l'époque, sans succès, de trouver avec la Jordanie une solution à la question palestinienne. De 1988 à 1990, il est ministre des Finances au sein d'un nouveau cabinet de coalition puis retourne dans l'opposition de 1990 à 1992. Il perd les élections pour la direction du Parti Travailliste en 1992 face à Yitzhak Rabin.

    Avec le retour des travaillistes à la tête de l'état en 1992, il redevient ministre des Affaires Etrangères, mais cette fois convaincu - et il en convaincra le Premier Ministre, Yitzhak Rabin - qu'il faut négocier avec l'OLP sur l'avenir des Territoires occupés

    C'est lui qui signe au nom d'Israël le 13 septembre 1993 la Déclaration de Principes (Accord d'Oslo) conclue avec l'OLP à l'issue des négociations secrètes d'Oslo (voir "processus de paix d'Oslo

    En tant que ministre des Affaires Etrangères et principal artisan du processus enclenché à Oslo, Perès se concentre dès lors sur le suivi du rapprochement israélo-palestinien. Il a reçu le Prix Nobel de la Paix au même titre qu'Yitzhak Rabin et Yasser Arafat

    A la mort de Rabin en novembre 1995, Peres est désigné Premier Ministre et réaffirme sa volonté de poursuivre le processus de paix.

    Ne voulant pas dans un premier temps tirer parti de la vague de sympathie qui submerge l'opinion publique israélienne suite à l'assassinat de Rabin, Perès décide néanmoins d'avancer au mois de mai 1996 les élections législatives prévues en novembre. En avril 1996, il déclenche une vaste offensive militaire au Sud-Liban - baptisée "les raisins de la colère" - pour y mater l'organisation de résistance chiite > du Hezbollah Le 29 mai 1996, le Parti Travailliste perd les élections et Perès s'incline face à Benjamin Netanyahou <dans de

    Souvent décrit comme une "colombe réaliste", Perès défend le projet d'un Moyen-Orient intégré dans lequel Israël aurait un rôle politique et économique prépondérant.

    Moins populaire que Rabin, il est souvent présenté comme un perdant. Après sa défaite électorale de 1996, sa carrière politique semblait arriver à son terme jusqu'à ce qu'il intègre, à l'âge de 76 ans, le cabinet du Premier Ministre Ehud Barak en devenant ministre de la Coopération Régionale. Il subit un nouvel échec personnel lorsqu'en juillet 2000, après la démission d'Ezer Weizman Moshe Katsav emporte contre lui à la Knesset l'élection à la présidence d'Israël.

    Début mars 2001, Shimon Peres fait un retour assez inattendu à la politique en accepant le poste de Ministre des Affaires Etrangères dans le gouvernement de M. Sharon. ( ndlr: à cet égard et contre toute attente, une étonnante complicité et confiance réciproque règnent entre les deux hommes pourtant si dissemblables à bien des égards)


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :