• Tsahal

    Forces de défense d'Israël

     

    Les Forces de défense d'Israël (en hébreu:צבא הגנה לישראל-Tsva Haganah Le-Israel, souvent abrégé en צהל-Tsahal) sont l'armée d'Israël, officiellement fondée en 1948, en remplacement et en amélioration (en termes de prestige, de rigueur, d'organisation et de qualité d'équipement militaire) des organisations armées antérieures, dont la principale était la Haganah.

    Le terme Tsahal est le surnom donné par les Israéliens à leur armée, conférant ainsi à l'institution militaire une proximité quasi familière dans la vie de tout un peuple.

    Les services secrets israéliens sont le Mossad et le Shin Beth, chargé du contre-espionnage. L’armée de l’air israélienne est Heyl Ha Avir.

    <script type=text/javascript> //<![CDATA[ if (window.showTocToggle) { var tocShowText = "afficher"; var tocHideText = "masquer"; showTocToggle(); } //]]> </script>

    Commandement

    Longtemps commandée par des généraux issus des corps "terriens" et en particulier du corps blindé mécanisé, un aviateur, le général Dan Halutz a succédé en août 2005 au général Moshe Yaalon, un parachutiste, en tant que chef d'état-major de l'armée.

    Cette nomination marque la reconnaissance de l'évolution de Tsahal et de l'importance stratégique prise par l'armée de l'air avec ses avions, ses hélicoptères, ses drones, ses forces spéciales, et du travail accompli contre le terrorisme sous des formes inédites d'actions — assassinats ciblés — plus économes de la vie des soldats israéliens que les formes traditionnelles terrestres.

    Cette nomination, marque aussi la prépondérance de la réponse aérienne, dans la réflexion stratégique israélienne, face à la menace nucléaire iranienne et constitue donc aussi un message clair à ce pays. Selon les général Ziv : « Notre doctrine a changé, nous voulons tenir le terrain par notre dominance aérienne et notre capacité air-sol ».

    Évolution

    Tsahal, en 2005, apparaît toujours comme une armée d'élite, soudée à la population israélienne et formée de combattants très motivés, équipés des meilleures technologies militaires et capables de tenir en respect toute la région du proche-Orient, cependant, depuis 1987 et la première intifada palestinienne, elle vit une profonde mutation, due, d'une part, aux débats de la société israélienne partagée entre un camp de la paix et un camp défendant une ligne plus dure, et d'autre part à une nouvelle statégie politique et diplomatique, favorisant une recherche de la profondeur stratégique, donnant plus d'importance à l'armée de l'air et à la marine.

    La nomination, en août 2005, d'un ami proche d'Ariel Sharon, le général d'aviation Dan Halutz en tant que chef d'état-major de l'armée, marque le début d'une évolution stratégique de grande importance de Tsahal. Il a pour ambition :

    • de réduire les effectifs pléthoriques — 631 500 personnes —, en réduisant le temps de conscription, actuellement de 3 ans pour les garçons et de deux ans pour les filles, auxquels s'ajoutent un mois de réserve par an ;
    • de rajeunir le corps des généraux ;
    • de réformer la formation des jeunes officiers, jugée insuffisante, en particulier mieux les préparer à intervenir dans des situations complexes de crises ;
    • de créer un corps de sous-officiers ;
    • de modifier les grands commandements territoriaux, en "interarmisant" ;
    • de renforcer la culture de projection de Tsahal ;
    • d'intégrer l'armée israélienne dans des modes d'actions multinationaux.

    La question nucléaire

    En sus des structures classiques inhérentes à une armée moderne, Tsahal est soupçonnée de posséder un programme nucléaire ainsi qu'une série d'ogives destinées à la protection du pays. Bien que ce volet de la défense israélienne n'ait jamais été confirmé ni infirmé par les différents gouvernements qui se sont succédé, il est admis tant sur la scène nationale que internationale qu'il s'agit d'un tabou d'ordre tactique et non pas véritablement un programme secret. On considère que le cœur de l'activité nucléaire israélienne repose dans les différentes installations de la centrale nucléaire de Dimona.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :